AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
31.12.16 - le forum change de peau ! Réagis ici
Jettes un oeil à la petite intrigue ici.

Partagez
 

 + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Mer 8 Fév - 16:07

Ce n'est pas encore fini
ft Kang Tae Hoon



« …je voulais juste te…rembourser… » Vraiment ? Et en quoi je devrais te croire, jeune junkie ? « Enfin, c’est qu’une partie de ce que je dois, mais… », mais t’as pas l’impression de me mener encore une fois de plus en bateau, non ; bien sûr que non, puisque tu es en manque, t’as pas l’impression que tu t’enfonces. Tu comptes peut-être même sur ton état pour m’apitoyer. C’était bien parti pour, dans ton cas. Mais à quoi tu penses t’attendre ? T’as pas encore compris que je ne crois pas en tes promesses ? Dès que tu m’as rabâché ces phrases, j’ai monté le son et je t’ai regardé avec indifférence. J’ai un peu froncé les sourcils quand il m’a forcé à prendre ses billets ; fais attention, je ne suis pas fan de ça. J’avais compris que ce n’était pas méchant, mais vous connaissez l’expression « forcer la main à quelqu’un»…eh bien là c’était au sens littéral. Je les ai tenus –pour lui faire plaisir- mais quelque uns sont tombés, faute de bien me les donner. J’allais lui dire un truc par rapport à ça, mais il a fait un truc vraiment super…

Putain qu’est-ce que j’aime quand il fait ça, me supplier ; il me fait oublier tout ce qu’il y a autour de nous, la drogue, sa main à mon col de veste, les billets, son état ou plutôt sa crise d’angoisses…tout ça je m’en fous, rien ne vaut ce sentiment d’être son dieu libérateur qu’il me donne. Ce n’est que quand il quitte mon regard, emporté par le malaise, que je réalise qu’il est en train de me quitter depuis plusieurs secondes…je le rattrape de justesse, ouvrant de grands yeux, très surpris. Sur le moment, je lui crie son nom –plus de surprise que de panique- vainement. Mes bras entourant ses côtes, dont une main assez haute dans son dos, le tenant contre moi, il était déjà loin…mais je n’étais pas inquiet. Parce que je savais que ce n’était pas une overdose. Cette pensée me rassurait. L’overdose, c’est tout ce que je ne lui souhaite pas…

~~~~~~~~~

Nous sommes donc chez lui, dans son petit studio aussi grand que le mien. C’est le côté bolchévique des chambres universitaires, ahah. M’enfin je vais vous résumer le pourquoi du comment je suis là : quelques instants plus tôt, Tae Hoon a perdu connaissance dans la laverie -dans mes bras, rappelons-le- me laissant la responsabilité de son sort. Dans pareille situation, n’importe quel tartempion aurait appelé un numéro d’urgence et aurait attendu les putains de secours dans la putain de laverie. Je l’aurais bien fait moi aussi si je n’étais pas couillon comme les autres, et si je ne flirtais pas avec l’illégalité…vous voyez ce que je veux dire. Trop de justifications à donner, trop de risques. Puis ce n’est pas comme si je n’étais pas habitué à ce genre de situation…

Bref, je n’ai appelé personne. Ce qui s’est passé dans la laverie restera avec le linge. Dans un premier temps, je l’ai allongé sur le sol, en faisant très attention, et j’ai réfléchi calmement. Un Tae Hoon inconscient, des billets étalés par terre, quelle plaie…et puis j’ai eu l’idée de fouiller ses poches. Ses clefs, le numéro de son appartement…c’est comme ça que j’ai su où il habite. Nous habitons le même immeuble universitaire, c’est drôle. Ça m’a fait sourire, sur le coup. Chez lui, c’est là où il serait le mieux. J’en étais persuadé. J’ai donc rangé prestement son argent dans son vieux blouson qui ressemble à rien –la poche intérieur, je précise- et je l’ai repris dans mes bras pour le porter jusqu’à chez lui, ses clefs d’appart’ dans une main. C’est allé vite, trois étages plus hauts, et on y était.

Après ça, je n’ai rien fait d’extraordinaire. Je ne l’ai pas foutu dans le placard quoi, je l’ai juste alité, j’ai retiré ma veste, ma super veste en jean que j’adore, je l’ai posé sur une chaise, je me suis étiré…bref, je me suis mis à l’aise quoi. Par curiosité, je suis allé dans sa cuisine. Je n’avais pas grand-chose à faire : il fallait attendre qu’il se réveille, et ça promettait d’être long…entre les escaliers et moi qui le pose et le reprend, il n’a eu aucune réaction. J’ai ouvert son frigo pour lui piquer un truc à boire, mais j’ai été choqué…il complètement était vide. Je me suis retourné vers lui. Les intellos ont une drôle de vie, ou c’est toi, Tae Hoon… ? Je me disais bien que je le trouvais léger…je l’ai donc refermé, pleins de questions en tête. Je suis allé voir son évier. Comme je le pensais, il était vide lui aussi…sacré Tae Hoon, j’espère que tout ça n’est pas ce que je pense.

Je suis alors retourné près de lui. Je me suis assis à côté de lui, enfin sur une chaise juste à côté de son lit où il dort, et j’ai consulté mes mails et textos sur mon Iphone. Ça m’a bien occupé, au moins une petite heure. A la fin je l’ai rangé dans ma poche arrière, en soupirant. Ça allait être encore long…ma Doll n’était pas prête de se réveiller. D’un côté, c’était pour ça que je voulais le ramener chez lui : rien n’est plus rassurant que son propre foyer. Je l’avais bordé en plus. Je lui avais retiré ses chaussures, mais pas ses vêtements, ni même sa veste : après ce que je lui ai dit, je ne voulais pas qu’il se fasse des idées, et qu’il repique une crise d’angoisses…je suis gentil mais je voulais rentrer chez moi.

J’ai repensé à ce putain de frigo vide. C’est con, mais à y repenser ça vous fait du mauvais sang. Peut-être qu’il n’avait pas encore eu le temps de faire les courses et tout…la supérette était en face de l’immeuble, ça ne prendrait pas beaucoup de temps. Non, c’était un mauvais plan. Même s’il dort bien, c’est toujours quand on s’absente qu’il y a un problème…et si je contactais un ami ? Pas un des miens, ils sont trop balourds. Je soulève sa couette et fouille dans son pantalon pour dénicher son portable. Je sais qu’il n’a pas un grand cercle d’amis, mais je suis sûr qu’un de ces vieux potes de soirée se déplacerait pour lui...oh, nos SMS. C’était plus intéressant, d’un coup.  

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Mer 8 Fév - 18:09

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Mmh ... J'ai mal à la tête. Mon corps est lourd. Je n'arrive même pas à bouger. J'ai la sensation désagréable d'avoir dormi bien trop longtemps. C'est vrai, ça, combien de temps ai-je dormi ? Je n'ai même pas souvenir de m'être couché. Me souvenir ... Ca y est, ça me revient ! La laverie, Kyeong Woo et .. et le noir. Je suis tombé contre lui, et rien.

Ayant à présent retrouvé mes esprit, j'ouvre doucement les yeux, tournant la tête d'abord vers la droite, puis vers la gauche. A droite, le mur blanc cassé de ma chambre et la fenêtre masqué par un long rideau bleu. A gauche, une silhouette. Quoi ? Je me redresse soudainement, la tête me tournant alors de plus bel. Cette silhouette, concentrée sur un portable, je la reconnais rapidement. Il s'agit de Kyeong Woo. Cette vue me fait d'ailleurs paniquer. Déjà car j'ai toujours eu peur de lui, mais aussi parce qu'après ce qu'il m'a sous entendu, je ne suis pas vraiment rassuré à l'idée d'être dans un lit avec lui. D'ailleurs, que fait-il ici ?

- Kyeong Woo ..? Qu'est ce que tu fais là ...?!

Instinctivement, je remonte les draps sur mon torse, comme si cela pouvait m'aider à me protéger. Ce qui est absurde en soi, car je suis encore complètement habillé, il ne me manque que mes chaussures.
Et comme je n'ose jamais le regarder dans les yeux, je baisse le regard. Regard qui tombe sur le portable qu'il tient entre les mains. Mon portable. Cela me surprend, pourquoi joue-t-il avec ..? J'ai un peu honte de ce qu'il pourrait y trouver. Non, je n'ai pas de photo compromettantes, aucun message gênant. Juste, cela me rend honteux qu'il puisse fouiller ma vie pitoyable, en passant par mes SMS.

De : Lee Jae Won : Passes moi le DM de math, j'ai pas eu le temps de faire le mien.
De : Omma : Mon chéri réponds-moi s'il te plaît, ton père et moi s'inquiétons beaucoup pour toi ...
De : Wang Bom Hae : Y a quoi à faire pour demain ? Je pourrai copier sur toi ?
De : Omma : Comment vas-tu ? Je m'inquiète de ne pas recevoir de tes nouvelles, ça va faire plus d'un mois ... Tu manges correctement au moins ? J'ai vu sur tes relevés que ton compte bancaire est déjà vide ... Tu as besoin d'un peu d'argent ? Je t'embrasse ...
De : Omma : Passe une bonne journée mon chéri :) N'oublie pas de me répondre cette fois, tu me manques ...
De : Appa : Pourquoi ne réponds-tu pas aux appels de ta mère ? Ca fait un mois que nous n'avons plus de nouvelles. Appelles nous, d'accord ? On t'embrasse fort.
De : Lee Jae Won : Passes-moi les réponses de math stp. Sinon tu sais ce qu'il se passera.


Voilà le genre de messages que je peux recevoir. Les uns qui me demandent mes contrôles, les autres qui me menacent, et au milieu, mes pauvres parents qui s'inquiètent. Ceux-là même à qui je ne donne aucune nouvelle depuis plus d'un mois, trop honteux pour oser leur parler. J'ai couper les ponts, mais pas eux. Ils sont toujours persuadé qu'en m'appelant, je répondrai, et ça peut se voir aux très nombreux appels manqués de ma génitrice. Mon père, lui, est un peu plus distant, mais je sais qu'il s'inquiète aussi pour moi, après tout, il l'a toujours fait.
Mais voilà, je ne peux pas leur dire que je me drogue, que tout l'argent qu'ils m'envoient sert à payer mes dettes.

Je relève timidement le regard vers Kyeong Woo. A-t-il seulement prit mon argent avant que je ne m'évanouisse ? J'espère ... Je l'ai durement gagné pour le rembourser. Tellement durement que j'ai cessé de me nourrir, et je le ressens fortement à cet instant. Je suis d'ailleurs pratiquement certain que c'est cela la cause de ma perte de conscience. Je n'ai pas besoin de réfléchir plus que mon estomac me le confirme d'un grognement sourd qui empli la pièce, signe qu'il est vide depuis bien trop longtemps et qu'il souhaiterait être nourri. Sauf que voilà, je ne peux pas. Les placards sont vides, et ne parlons même pas du frigo. Même le gel l'a déserté, c'est dire.
Gêné, je replie mes genoux contre mon torse, fuyant maladroitement son regard.

- D..Désolé ... Je me tais un instant, puis demande : C'est toi qui m'a ramené ici ..? Je voulais pas te déranger, excuse moi ..... J'étais juste venu pour rembourser un peu ma dette ... Je t'en prie accepte l'argent, c'est tout ce que je peux te donner ..!

Et par là, j'entends ne pas être prêt à lui céder mon corps. Pourtant, le contrat stipule qu'il a tous les droits sur moi, même celui de me demander ce genre de services. Mais je ne peux pas faire ça, je ne suis tout simplement pas prêt. Je n'ai jamais fait quelque chose de pareil, et d'ailleurs, je ne me suis jamais intéressé à la chose.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Sam 11 Fév - 23:28

Ce n'est pas encore fini
ft Kang Tae Hoon


Voyons, voyons ça. La vie de la Doll de Kyeong Woo. Ça m’excitait comme une commère. C’est pas mon genre d’habitude, mais pour certaines personnes de mon entourage, c’est mon vice. Wouah, tous les numéros qu’il a, il connaît beaucoup de monde, c’est surprenant…ça en faisait, de la lecture. Mais j’ai vite déchanté en voyant la nature de ses messages. Je ne m’attendais pas du tout à ce genre de messages. Jusqu’à maintenant je le voyais comme un étudiant solitaire parce que trop intello, avec juste un dealer sur le dos, seulement moi. Tous ces gens qui lui rackettent ses devoirs…comment ont-ils pu m’échapper ? Je le surveille pourtant, quand je peux, comment ça se fait que je n’ai rien vu de tout ça ?! Je ne l’ai même pas jamais vu parler à autant de personnes que dans son téléphone ! Ça m’énervait, mais contre moi-même. Que des mecs qui s’en prennent à lui en plus de moi, des qui se prennent pour moi en plus, alors qu’ils n’en mènent pas large devant un de mes gros, ça m’irritait. En même temps, notre lien est tout aussi secret…et ses parents, ses pauvres parents, y a-t-il besoin de commenter ? Ils me font tellement de peine. Je suis resté bloqué sur les mess’ de sa mère. Je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer les miens à leur place, à s’en faire pour moi. Contrairement à ce que disent les rumeurs, j’ai de très bons rapports avec mes vieux, de très très bons…peut-être pas fusionnels, mais presque, et à travers les messages adorables de sa maman, j’imaginais que Tae Hoon partage le même type de relation avec eux. Il avait l’air d’avoir une mère douce et gentille, comme la mienne…putain elle aussi s’en fait pour son frigo, j’en étais sûr.

Ça commençait à me filer le cafard tout ça, quand monsieur reprit ses esprits. Je m’en suis rendis compte quand il s’exprima, levant directement les yeux sur lui. Tu parles d’un accueil…je pris aussitôt la mouche.

- C’est comme ça que tu dis merci ? P’tit ingrat. Agressivement.

Je lui lançai un regard noir avant de le reporter sur son tél’, me disant qu’il retrouvera les bonnes manières dans pas longtemps pour me calmer. Alors ça, c’est un truc qui me rend ouf…tu aides quelqu’un, il te remercie même pas, je ne peux pas. Et là j’ai été calme. Si ça n’avait pas été Tae Hoon, j’aurais tapé un scandale, j’en aurais été bien capable.

Je sens qu’il me regarde. Mais je gardai les yeux rivés sur son écran. C’est dingue…plus vous lisez ses messages, plus vous tombez de haut. Le bruit reconnaissable d’un ventre affamé me sortit de sa messagerie ; je le regardai lui, son buste, des images morbides à l’esprit, puis lui, la mine soucieuse. Mais pourquoi ne m’as-tu pas jamais parlé de tes problèmes d’argent ? T’as déjà un crédit, c’est déjà foutu, mais on peut s’arranger…je te regardai dans les yeux, attentif à tes excuses. Bon sang, regarde-moi dans les yeux…ça me perturbe. Je restais interdit. A ta petite question, j’ai hoché de la tête ; mais tu n’as rien vu, comme d’habitude trouillard. Quant à la suite, j’ai d’abord croisé les bras avant de répondre, plongeant davantage mon regard dans le tien, avec plus de gravité, les sourcils légèrement froncés. Et calmement, parce que je garde à l’esprit que tu viens de reprendre connaissance :

- Et à quoi ça va me servir ? Soit, je le prends maintenant, en quoi ça va changer les choses ? Tu me rembourses aujourd’hui, mais demain tu vas m’en acheter. Ça sert à rien : tu me rembourses des brouettes, tu n’as jamais l’argent pour tes conso’ quotidiennes. J’le sais.Je ne sais pas pourquoi, j’ai repensé aux SMS de sa mère et de son compte bancaire ; quel argent gaspillé. Ça devait être pour ça que j’ai pris un ton de reproche sur la fin. Mes yeux s’égarent un instant sur son buste avant de reprendre. Ça sert à ça de base, le parcours Blossom…à t’économiser de l’argent. Et puis tu sais, il y a pleins de gens qui font ça… fis-je en lorgnant sur son col. C’est dur de parler de ça sans perdre sa concentration. En levant mon regard sur lui. Tu ne crois pas que c’est mieux que d’abuser de la gentillesse de tes parents ?

Oui bon, on ne va pas se mentir, tout ceci n’est pas fait qu’avec bonté : il m’intéresse, c’est assez clair. Je ne voyais aucun problème à ce qu’il soit vierge, je ne comprenais pas trop sa gêne là-dessus, donc je n’y revenais pas. Vu comment il réagissait, je faisais attention à mettre les formes pour ne pas le choquer davantage. Bon puis dans le fond, c’était pas le sujet le plus important à s’occuper pour moi : quitte à blablater chez lui, autant parler de ce qui m’inquiète réellement. Sans transition, je change de sujet.

- Au fait, c’est qui ces fdp qui te menacent pour ton travail ? Tu ne le leur donnes j’espère.

Mon ton s’était acidifié. Sans blague, ça me mettait en rogne cette histoire. Ce qu’il se passe entre Tae Hoon et moi n’était peut-être pas si différent avec les Jae Won & co, mais ça ne regardait que nous ; qu’il se passe quelque chose de similaire avec d’autres types que moi m’est insupportable. Dans ma tête, il n’y a que moi qui s’en prend à lui ; il n’y a que moi qui doit être au courant de sa misère et d’en profiter si je le veux. Je sens que cette soirée va être longue, et il a intérêt à me répondre sans me mentir s’il veut l’écourter.

made by gizibae


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Dim 12 Fév - 19:16

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Il cherche mon regard, je le sens. J'essaie de faire l'effort de le regarder dans les yeux, mais n'y parviens pas plus d'une fraction de seconde tellement j'ai honte, et tellement ce personnage m'impressionne. Et j'ose encore moins relevé les yeux lorsqu'il me fait la morale, car ses mots sont cruellement justes. J'aurai beau le rembourser, je consommerai toujours autant. Ainsi, tout cela devient un cercle vicieux dans lequel ma dépendance m'enferme peu à peu sans que je n'ai mon mot à dire, parce que je suis trop faible. Je ne réponds rien, muré dans un silence pesant. Le voilà qui aborde le parcours dans lequel je me suis inscris, faute de pouvoir continuer à payer l'école. Et là, là seulement mon regard suppliant rencontre le sien. Et pour une fois, c'est lui qui ne regarde pas mes yeux. Ou du moins, pas tout de suite. Je sais que ce genre de prostitution est répandu au sein de l'école, après tout c'est un des moyens que l'Homme a toujours trouvé pour ne pas payer, offrir un service en échange d'un autre. Mais moi ... je ne me sens pas prêt. Je n'ai pas assez confiance en moi-même, et encore moins en lui, pour oser me lancer dans une telle aventure.
Puis vient l'argument de choc, l'argument qui m'ébranle tout entier. Mes parents. J'ai une chance innée, mes parents sont doux, gentils et affectueux, tout ce dont un enfant peut rêver. Eux et moi ne nous sommes pas toujours compris, mais nous nous sommes toujours beaucoup aimé. Et malgré l'éloignement que j'ai instauré, ils continuent tous deux à s'inquiéter pour moi et à m'envoyer d'adorables messages qui me déchirent le coeur dès que je les lis. Je sais parfaitement que je suis en tort, que je n'ai aucun droit de leur infliger ça, mais je me dis qu'il vaut mieux couper les ponts plutôt que de les décevoir.

Mais voilà, je n'ai pas même le temps de répliquer pour me défendre sur le sujet qu'il en change aussi aisément que s'il s'agissait d'une chemise, me déstabilisant. Il est doué pour ça, j'en ai la preuve dès que je le vois.

Décidément, il faut croire qu'il a bien lu tous mes messages ... J'ai encore plus honte. En plus d'être drogué, je suis malmené par mes camarades et incapable de me défendre, si bien que, si, je leur donne ce qu'ils me demandent, pour avoir la paix ... J'aurai volontiers fait l'impasse sur ce sujet, je serai bien resté muet, mais le ton employé par mon homologue me conforte dans l'idée que je ferai mieux de parler. Il n'est pas d'humeur.

- Si, je leur donne ... Je préfère ça plutôt que de subir les représailles ... C'est un peu la même raison que pour laquelle je tiens tant à te rembourser ...

Je reste un instant silencieux, baissant à nouveau le regard. Si je tiens tellement à le rembourser, c'est pour éviter de me faire passer à tabac, étant donné que les règles ont changé, pour éviter de lui offrir mon corps ...

Quoi qu'à bien y réfléchir ... Dans le cas de Kyeong Woo, peut-être que si je cédais une fois, cela annulerait ma dette ? Peut-être que comme ça, je pourrai repartir à zéro et essayer de ne plus m'endetter ? C'est une vision utopique, je le sais, mais après tout, il n'y a rien de mal à l'imaginer, ni même à demander.

Après un bref silence, je relève la tête vers lui, croissant ses yeux dans lesquels j'accepte pour la première fois de me perdre, craignant quelque peu sa réaction à ma question.

- Si .. si j'accepte ce que tu me demandes, alors je n'aurai plus de dette ? Si ...si on couche une fois ensemble ... Ca annulera mes dettes ?

Le regard que j'ancre dans le sien devient suppliant. Sa réponse m'effraie, mais elle apparaît comme une potentielle solution qui me sortirait de ce mauvais pas. Avec l'argent que j'ai obtenu ces dernières semaines, j'aurai de quoi faire quelques courses, et peut-être même enfin me racheter une dose. J'ai honte de penser ainsi, mon Dieu ce que j'ai honte de moi-même ...

- Parce que si c'est le cas et que ça annule ma dette ... Juste une fois ... Alors je devrai peut-être accepter ... non ..?

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 13 Fév - 0:17

Ce n'est pas encore fini, non
ft Kang Tae Hoon



Mes sourcils se froncent. Il leur cède, il vient de répondre. Je rage. Et sa justification était censée me calmer ? Mais enfin, tant de faiblesse et de soumission, c’est déjà trop…et il me met dans le même sac qu’eux pour couronner le tout, bravo. Pitié, ne mets pas nos affaires et eux sur la même ligne, ça n’avait rien à voir. J’attends, qu’il finisse sa phrase, voir s’il a autre chose à rajouter, de mieux que ça…mais rien. Il la met en veilleuse. Je laisse exprimer ma révolte.

- T’es pas sérieux ? Tu leur donnes comme ça le fruit de ton travail ?! Arrête, il y a personne qui est comme moi ici, et nous c’est différent, c’est sérieux…tss, t’es trop facile à impressionner. Oui bon, ce n’était peut-être pas la meilleure idée de le descendre, mais c’est vrai. Et ça me faisait chier, ce côté-là de lui. J’ajoute plus sèchement, un brun impatient. Bon c’est qui ? Jae Won, Bon Hae, j’connais pas, c’est des gens de ta maison ? Je veux tout savoir.

Sa réponse m’a peu satisfaite. Il ne m’a pas dit grand-chose, mise à part qu’il est un pétochard jusqu’à la moelle, mais c’pas comme si c’était une nouvelle. Je m’attendais à plus de détails sur les types, à la limite qu’il se plaigne d’eux, pour faire quelque chose c’est mieux. Parce que je compte  vite y remédier à ce bazar. Ces types vont vite apprendre qu’on ne s’aventure pas sur mon territoire sans se briser un os.

Un instant plus tard, miracle : Tae Hoon me regarde enfin dans les yeux. Enfin, tu deviens un homme, c’est bien. Ce n’était pas non plus un regard très franc et assuré, mais il y avait du mieux. Je préfère mille fois ça. Par contre, je ne m’attendais pas à ce qu’il me pose ce genre de question…il me plongea dans un moment de doutes, en un clignement d’yeux. Si je pouvais effacer l’entièreté de sa dette en une seule coucherie…je ne l’avais pas du tout prévue, celle-là. Peut-être parce qu'il m'a habitué à obéir à mes ordres sans trop poser de questions ; même sans trop me parler. Han, ce regard, il me prenait par le cœur…tenter de négocier pour préserver sa décence, si c’est pas miséreux. Il me demande même mon avis pour me flatter et éviter une de mes colères…définitivement je resterais dans les narcotiques, la traite humaine c’pas pour moi. Je ne vous souhaite pas d’être à ma place. Que dire ? Je ne savais pas trop quoi lui répondre, en plus il l’attend, ma réponse éminente, je le vois bien dans ses yeux…je détournai le regard sur le côté, décroisant mes bras, pour réfléchir un instant.

Bien, comment le lui dire sans casser ses rêves ? Je crois bien que c’est inévitable. J’peux pas lui répondre comme tous les gros connards « Peut-être. Ça dépendra si tu te débrouilles bien » : ce serait débile. J’suis pas con, je sais que ça va être sa première fois, et la première fois c’est jamais top, je ne vous apprends rien…et puis mince, c’est Tae Hoon. J’peux pas lui sortir ça. Je n’ai pas le choix, il va falloir que je le lui dise ouvertement, mais avec les formes, pour ne pas qu’il retombe en syncope… Je le regardai donc à nouveau. J’avais une voix assez évasive, sans le faire exprès.

- J’sais pas…c’est toi le bon élève. Il y a que toi pour savoir quoi faire de mieux pour toi. Okay. C’est cool de le maintenir en haleine, mais ça ne répond pas à sa question. Mon regard part encore sur le côté -le même- à la recherche de mon latin. Ouais, j’étais moins à l’aise d’un coup...rah et mes mains qui jouent avec son portable, à se le passer de l'une à l'autre, j'aime pas faire ça mais c'est involontaire, et c'est toujours pour trouver mes mots. Ben…en fait…c’est plus une fois par dose dans l’idée, tu vois ?

Sur la fin, je l’ai regardé à nouveau. Pour moi, ça ne me semblait pas énorme ; je n’ai pas une libido hyper développée, et vu qu’il m’en achète une fois par mois, ça revenait à douze coucheries à l’année, ça me semblait donc très raisonnable et très soft comme prostitution…mais je ne peux pas faire comme si ça l’était pour lui aussi. Lui et moi n’avons pas le même rapport à ça, et ça me troublait de lui donner l’impression de plonger en Enfer. Dans l’idée, je voulais vraiment alléger son malheur…mais laissons-lui digérer l’information.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 13 Fév - 19:46

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Pour la première fois, je le vois détourner le regard. D'habitude, c'est moi qui ne supporte pas le sien, alors forcément, ça me surprend. L'aurais-je mis dans l'embarras ? Pourtant, ce n'est qu'une question ... A moins que justement, il n'ait dit cela que pour me faire peur ? Ce n'est pas son genre habituellement. Il a plutôt tendance à faire ce qu'il dit, peu importe si on est d'accord avec lui ou non.
Lorsqu'il relève les yeux vers moi, mon sang se glace. Il s'apprête à me donner la réponse, j'en suis certain. Une réponse qui m'enfonce dans ma surprise. Sa voix est plus douce que d'habitude, presque évasive, ce qui m'étonne venant de ce personnage si sûr de lui. On dirait presque qu'il cherche ses mots, ou que comme moi, il cherche un moyen de gagner du temps sans donner de réponse précise. Je comprends maintenant à quel point cela peut-être frustrant, bien que je ne le fasse jamais exprès.

Être bon élève n'a pourtant rien à voir avec le sujet ... Et puis, au vue de ma condition, il devrait savoir que je ne sais pas ce qui est bon pour moi. Ou peut-être que je le sais, mais je ne m'y tiens pas, la preuve en est avec ma dette. Et puis je n'ai jamais vraiment réfléchit à ce que signifierait ma "première fois avec quelqu'un". Pour moi, l'acte sexuel n'est qu'un moyen de se reproduire, en soit, quelque chose qui ne m'a jamais trop intéressé. Me reproduire pour créer des enfants qui pourraient être comme moi ? Non merci, je préfère n'infliger ça à personne, les pauvres enfants regretteraient d'être nés. Mais le faire avec un homme ... Voilà un paramètre que je n'avais pas non plus envisagé. Cela reviendra alors à profiter du "plaisir" de la chose, plaisir que j'ai toujours sous-estimé. Comment peut-on avoir du plaisir lorsque quelque chose d'aussi dur et long vous rentre dans le ..? Enfin, vous m'avez compris. Je n'en ai jamais vu l'intérêt, et je ne le vois toujours pas. Sauf que cette fois, je n'ai pas le choix.

Je ne me rends même pas compte que son regard fuit une nouvelle fois le mien, complètement plongé dans ma réflexion. Ce qui me sort de mes songes, c'est sa voix, toujours aussi incertaine.

A l'entente de ses mots, mon visage se décompose. Une fois par dose ...? Ca voudrait dire déjà au moins trois ou quatre fois pour ma dette, plus toutes les fois que ma dépendance rajoutera ... J'ai honte, terriblement honte. Et peur aussi. Pourquoi est-ce que je ressens ces deux sentiments ? C'est plutôt simple. Honte, car je sais très bien comment on appelle les personnes qui donnent leur corps pour une quelconque marchandise, c'est de la prostitution pure et dure, et Dieu sait le nombre d'insulte qui se servent de cela. Pour l'opinion publique, c'est sale, c'est dégradant. Et l'opinion publique, c'est ce que j'ai entendu toute ma vie. Ajoutez à cela une pudeur que je n'explique pas, et cela créé un parfait sentiment de honte que je ne peux contrôler. Et peur ... Je ne suis pas idiot. Quand on voit la taille moyenne de ce qui pend entre les jambes d'un homme, et le diamètre de ce dans quoi cela compte s'insérer ... C'est forcément douloureux. Le corps n'est pas fait pour ça. Attention, loin de moi tout propos homophobes, je me fiche bien qu'un homme soit avec une femme ou non, ça ne me regarde en aucune manière, la vie des autres. Mais techniquement parlant, cet acte fait mal même aux femmes, qui sont fait pour endurer cette étape de la reproduction, alors que les hommes, non ... Alors forcément, j'ai peur, peur de souffrir. Mais aussi peur que cela s'apprenne. Si mes parents l'entendent, que vont-ils penser de moi, eux qui tiennent tant à coeur l'opinion publique ? Et si cela parvient aux oreilles de mes camarades tyranniques ? Vu leur Q.I et leur façon de penser, ils seraient parfaitement du genre à rouer de coup un homosexuel, ou quelqu'un qui pratique le sexe de cette façon ...

Mais de toute façon, je dois me rendre à l'évidence : je n'ai pas le choix. Pourtant, innocemment, j'essaie tout de même de négocier, de sauver mes fesses, si je puis dire.

- D... D'accord pour ma dette ... mais, quand je t'aurai "payé" ce que je te dois ... Si je te donne l'argent pour les doses que je te prends, alors je ne serai pas obligé de te donner mon corps, hein .. ? Je triture nerveusement mes doigts. Quelle situation ambiguë ... Une fois de plus, je n'ose plus le regarder. Trop de questions se bousculent dans ma tête, des questions qu'aucun calcul ne pourra résoudre ... Comment ça va se passer ..? On doit le faire maintenant ....?

Je rougis légèrement, le regard fuyant. D'un côté, plus vite c'est fait, plus vite c'est passé. Tel que je me connais, je pourrai me rendre malade à l'idée de devoir attendre, à force d'appréhender et d'imaginer les pires situations possibles. Et, malheureusement pour moi, la situation s'y prête. Tous deux sur un lit, il n'y aurait plus qu'à s'allonger et faire l'affaire ... Mon coeur bat à tout rompre.

- Si ça peut vraiment effacer ce que je te dois ... Alors je te laisse faire ...

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Sam 18 Fév - 0:34


Ce n'est pas encore fini
ft Kang Tae Hoon



C’est vrai que je n’ai pas été clair. Je comprends pourquoi il essaye de négocier. Sans m’appesantir sur les peurs qu’il peut avoir sur l’acte sexuel en lui-même, c’est que j’avais décidé ça sur le coup de tête, sans forcément aborder ou réfléchir sur les conditions du deal. Ça laissait planer le doute, et il en profitait pour arranger la situation à son avantage, réflexe humain. Vous verriez sa tête…je ne savais pas si je devais en pleurer pour lui. Ça va, coucher avec moi n’est pas le bout du monde non plus... Bon, on a tous été puceau dans notre vie, mais quand même. Il a mal choisi la personne pour négocier. C’était bien d’avoir essayé, mais je suis la personne qu’on peut rouler…
Mais ça ne l’empêche pas de continuer. Bon sang, c’était trop cruel à voir pour ça fasse plaisir…ça se voit que ça le travaille, il est temps que je clarifie tout ça. Il a l’air aussi de se faire pas mal de films, vu la nervosité avec laquelle il joue avec ses doigts. Oh, et il me demande de le faire maintenant…ce n’était pas du désir hein, j’ai bien compris que c’était par peur. Peur de me contrarier, du manque du lendemain…et certainement aussi pour se débarrasser d’un fardeau. « …alors je te laisse faire… »…j’ai regardé le sol, puis lui, silencieux un instant. Il me faisait peine. A croire naïvement que c’est mécanique et automatique tout en tremblant de la tête aux pieds…un paradoxe. Oui, il tremble, ça ne se voyait pas trop à cause de sa veste et du drap, mais il est en train de trembler là-dessous, j’en suis sûr. La pression qu’il se met…

En posant ma main sur son portable que je tenais toujours, je tournais ma langue dans ma bouche pour mesurer mes propos, le regard vers le sol. Alala, son malaise était communicatif…et ce que je m’apprêtais à dire n’allait pas le rassurer pour autant. Je reprends, donc un peu hésitant, en évitant de le regarder…il est déjà si gêné.

- Alors…dans l’idée, je voulais que tu gardes ton argent pour mieux le gérer, comme me rembourser par exemple. Oui bon, l’exemple n’avait pas été choisi au hasard. Donc ce ne serait que pour tes consommations. Un instant de silence ; mes yeux se promènent sur son buste quand mon esprit repense au frigo vide. Sa proposition…rah non, j’peux pas, vraiment pas…c’est pas mécanique comme il le pense. Je lève les yeux, avec un peu de gêne. Putain il était en train de se mettre la pression tout seul, ça ne m’aidait pas. T’inquiète pas, je te laisse tranquille ce soir. En attendant… Je lui tends son portable, l’écran montrant le dernier de sa mère. Appelle-la et écoute-la un peu plus. C’est pas tout le monde qui a la chance d’avoir des parents soucieux comme les tiens…ça te laissera le temps de te remplumer. C’était ça, le truc pas fameux à lui dire…mais il fallait le dire. Nouvelle petite gêne. Tu as une jolie gueule, mais ne le prends pas mal, ça ne m’attire pas trop…les anorexiques.

Fis-je en détournant le regard sur le côté. C’était vrai en plus. Depuis le début, je ne voulais pas trop aborder ce sujet-là, mais je n’avais pas le choix. J’aime les faiblards -mon opposé- mais les maigrichons où vous sentez les os à travers les vêtements, j’peux pas, c’est physique –et j’me connais pour dire ça, j’ai déjà touché. Ne pas avoir assez d’argent n’est pas facile à assumer, je sais qu’il se ruine pour la drogue, alors j’ai vite fait le rapprochement entre ça et son frigo…vu que ça impacte le deal, c’était plus possible de tourner autour du pot en faisant semblant de ne pas l’avoir remarqué. Et je ne voulais pas savoir combien de temps il jeûnait pour ma poudre blanche ; je pose juste mes conditions. S’il veut que ça se passe bien, il sait quoi faire…non il n’en profitera pas pour éviter d’y passer, parce que je peux lui couper ses « vivres » si j’veux. Il le sait. Pas de sexe, pas de conso’ maintenant.

Je me lève. Que je le touche maintenant ou pas, il avait besoin de se reposer. Et moi, j’avais d’autres chats à fouetter. Je viens reprendre ma veste, me couvrant avec. Je reviens vers lui, face à face, mais debout, mes affaires à la main. Non, ce n’était pas mon dernier mot, Charlot.

- Je vais y aller. Je te dirai quand on fera ça. Repose-toi, prends soin de toi…ça t’aidera pour la suite.

Ma voix résonnait comme une menace sur la fin. Oui je m’en faisais pour lui, vous l’avez bien entendu, mais j’avais besoin de maintenant l’emprise que j’avais sur lui. Pression financière. Pour qu’il le fasse vraiment. Comme tous les ratés, s’ils ne vous craignent pas, ils ne vous prennent pas au sérieux. C’est malheureux mais c’est comme ça. Vraiment, si je n’étais pas là pour le lui ordonner, il serait bien bas…golden ou pas, la drogue ça vous détruit les neurones. C’pour ça que je peux pas totalement le respecter, même si c’est admirable de faire partie du top 3 d’une telle école.


made by gizibae


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 20 Fév - 18:16

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Je suis pétrifié. Keyong Woo m'a "enfin" appelé pour me donner rendez-vous. Il est temps de passer à l'acte. La dernière fois que je l'ai vu, incrédule et mort de peur, je n'ai pu dire aucun mot, ils ne voulaient pas sortir de ma bouche. Je l'ai simplement laissé partir, encaissant ce qu'il venait de me dire.

Depuis, je ne fais qu'angoisser. Je redoute le moment où m'enverra un message, ne pensant plus qu'à ça, ce qui provoque en moins une grande anxiété.
Je ne m'arrête pas de vivre pour autant, je continue à étudier et à travailler. Grâce à l'argent qu'il m'a rendu, je peux même manger un peu. "Ca ne m’attire pas trop…les anorexiques. " Dès que je me nourris, je repense à ses mots. Je ne me suis jamais vu ainsi. Même si j'ai maigris, je ne me suis pas rendu compte que ça pouvait être à ce point. Alors, curieux, je me suis posté nu devant un miroir. Et l'image qu'il m'a reflété m'a fait comprendre à quel point ma dépendance devient grave. Ma peau, d'habitude légèrement hâlée, est devenu bien pâle. Au niveau de mon torse, mes côtés se dessinent, apparaissant sous mon épiderme. Si je baisse un peu plus le regard, je peux m'apercevoir que, contrairement à mes côtés, mon ventre disparaît, il se rentre, devient bien trop plat, voir creux. Les os de mes hanches forment un peu de relief, alors qu'il y a quelques mois de cela, je ne les aurais pas aperçu, caché sous ma peau et une légère couche de graisse.
Bien sur, tout cela ne s'est pas fait d'un coup. Ce n'est pas mon manque d'alimentation de quelques jours qui m'a creusé ainsi, j'en ai conscience. En réalité, j'ai commencé à maigrir lorsque j'ai commencé à me droguer. Je ne l'air jamais vraiment remarqué, ou plutôt, je n'ai jamais cherché à le voir, préférant me dire que tout allait bien.

Tout va bien ... Comme il me l'a conseillés, je devrais appeler mes parents pour leur dire cela. Cependant j'en suis incapable. Si tout allait bien, je n'aurai pas ignoré leurs appels. Et comment justifier cela ? Ce sont mes parents, ils me connaissent, je ne pourrai pas leur caché que quelque chose va de travers, tout comme je ne pourrai jamais leur avouer quelle est la cause de ce mal aise. Pour la première fois, je désobéis à Kyeong Woo, ignorant son ordre. Ou conseil, la limite est floue.
Ce soir-là, lorsqu'il m'a ramené chez moi, il m'a paru totalement différent du Kyeong Woo que j'ai l'habitude de fréquenter. Moins certain, plus ... inquiet ? Je ne comprends pas pourquoi. Peut-être est-ce parce que son remboursement dépend de ma santé ? Forcément, si je meurs de faim, je ne serai plus là pour le rembourser.

En parlant de remboursement. En attendant son appel, comme je l'ai dis plus haut, j'ai été pris d'une grande angoisse. Mais de quoi ? La peur d'avoir mal ? La peur de mal faire ? Je n'ai pas trouvé, je n'ai pas su identifier la cause de cette anxiété. Alors je me suis dis que le meilleur moyen de dédramatiser, c'était de voir comment ça se passe. Et voilà comment je me suis retrouvé à regarder mon premier porno, à plus de vingt ans. Gay, évidemment. Et j'ai trouvé cela bizarre. Je ne me prononcerai pas sur le scénario bancale, disons que je n'ai retenu que les positions aussi bizarres les unes que les autres ainsi que les dialogues qui pourraient en choquer certains. Ce qui m'a le plus surpris, c'est qu’étonnamment ... ça m'a fait bander. Pas que ça ne me soit jamais arrivé, je suis un homme après tout, mais je ne pensais pas avoir ce genre de réaction devant un tel film. Je ne sais pas quoi en penser. Je ne me suis jamais considéré gay, ni même hétéro. En fait, je ne me suis pas trop posé la question. Mais c'est étrange de me découvrir une telle réaction face à un acte entre deux hommes. La norme dans laquelle j'ai été éduqué veut que j'ai cette réaction face à une femme, et pas autre chose.
Mais passons, au moins, je sais à présent à quoi m'attendre. Je redoute toujours la douleur, mais ce n'est peut-être pas si effrayant que cela, l'acte en lui-même ..?

Enfin bref, tout ça pour en arrivé là. Devant cette porte. Là où Kyeong Woo m'a demandé de le rejoindre pour rembourser une première partie de ma dette. Depuis notre dernière rencontre, j'ai repris un peu de poil de la bête. Ce n'est pas exceptionnel, mais je suis dans un meilleur état. Habillé de mon jean noir et de ma chemise bordeaux rentrée à l'intérieur, on ne distingue pas trop ma maigreur, qui part sûrement, mais tout de même lentement. C'est bien connu, la drogue fait perdre l'appétit.
Je frappe deux coups à la porte, replacement ensuite nerveusement une mèche de mes cheveux qui me tombe devant les yeux, la faisant rejoindre ma frange quelque peu indisciplinée. Je retiens mon souffle, attendant qu'il ouvre la porte. L'heure est enfin venue, mais je ne sais toujours pas si je m'en sens prêt, et encore moins si je m'en sens capable ...

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Mer 8 Mar - 16:07

Juste pour toi
ft Kang Tae Hoon




J’ai attendu quelques jours avant de le recontacter –le temps de se refaire une santé, si je puis dire. Je ne sais pas s’il m’a écouté, j’en sais rien. Je voulais qu’il aille mieux, vraiment. Depuis notre dernier échange, je n’ai pas eu le temps de penser à lui. Je parle de ses p’tits camarades raquetteurs. Concernant sa dette, le peu qu’il m’a avancé était suffisant pour ne pas que le boss le remarque. Je m’arrangerai pour la suite. J’ai donc continué mes activités sans encombres, avec nos bons clients.



Je lui ai donné mon adresse dans le même texto. Le même immeuble que le sien. Juste l’étage et le numéro qui changent. Je ne nous voyais pas le faire dans un hôtel lambda, vulgaire et impersonnel…il ne méritait pas ça. Pour sa première fois. Mon studio était presque le même que le sien ; ceux du dernier étage sont les plus chers, car on gagne 5m² de plus que les standards. Concrètement on ne gagnait pas énormément par rapport aux autres, mais c’était toujours plus agréable. Et comme tous les étudiants riches, je l’avais meublé de sorte à ce qu’elle soit comme toutes les chambres dans lesquelles j’ai été habitué : mobilier en matériau vivant –le bois et le coton en l’occurrence- dans un style assez zen et minimaliste. Des couleurs à la mode qui vont ensemble ? Plus ou moins. Mes meubles en bois brutes ont gardé leurs couleurs brutes selon leur espèce et leur pays d’origine, donc on peut dire que l’ensemble forme un patchwork harmonieux. Bon à vue d’ensemble, un gugus lambda ne ferait pas la différence entre ma déco -que je juge sophistiquée- de celle d’un étudiant prolo, mais si on a l’œil et qu’on regarde bien…bon je vous l’accorde, il faut avoir le même que celui d’un hippie, mais un hippie chic quand même.

A part mon intérieur, nous sommes le soir au fait. J’ai donné l’interdiction à mes gros de sonner avant 4h du matin ; mais pourquoi je sortirais à une heure aussi farfelue ? Hum, voyez-vous, je fais des choses pas nettes dans la vie, donc ne soyez pas surpris de mes horaires chelous. En plein milieu de semaine, je lui ai débloqué huit heures de mon emploi du temps pour profiter de ma jolie personne. Si ce n’est pas du privilège, ça.

Désolé de parler encore de ma piaule, mais j’avais réussi à la rendre drôlement chouette ce soir. Même si Tae Hoon et moi n’allons rien y faire de très fou, je lui ai donné une ambiance très sympathique qui va beaucoup l’inspirer. La lumière tamisée par les multiples petites bougies sombres, dans mon studio blanc cela créait une ambiance assez chaude, rassurante, de cocon au contact du bois. Pas d’électricité ce soir, pour respecter le feng-shui de mon foyer. C’est dingue, mais si ça n’avait pas été lui, je ne me serai jamais donné toute cette peine…il est déjà si malchanceux, je pensais qu’un peu de douceur ne lui serait pas de trop.

Je me demandais comment il viendrait ce soir. Apprêté, j’étais en train de brûler de l’encens sur mon autel qui me sert aussi de table de chevet sous l’œil protecteur de mon Bouddha miniature, à réfléchir sur tout un tas de trucs. Je me disais que ce serait une première pour lui, d’entrer dans ma tanière. Que ni lui, ni aucun étudiant d’ici ne s’attendait à me voir dans ce genre d’univers qu’est mon studio. Plus important, je me demandais comme il viendrait ici. S’il s’était bien habillé, s’il avait repris du poids ou pas, s’il avait essayé de faire un effort juste pour moi juste pour ce soir…en plus je l’imaginais faire, tout stressé devant son miroir, à ajuster le moindre petit détail, se donnant bien du mal pour me plaire. Cela me fit sourire, tout seul. Ça allait être une bonne soirée, oui.

Justement, c’était lui. C’est vêtu tout de noir, du jean à la chemise, que je viens lui ouvrir, suivi de l’odeur des aphrodisiaques viriles du santal et du néroli. Il est rare que je porte du noir uniformément et que je sois aussi simple ; j’avais donc ouvert les premiers boutons de ma chemise, laissant apparent une chaîne en argent, assez fine, représentant en pendentif le dharmachakra, et quelques bracelets masculins aux poignets mêlant argent et cuir –on ne se refait pas. Côté cheveux, je crois que lui et moi avons un point commun…simple et naturel. Quoique, je sais mieux entretenir ma coupe que lui –j’ai plus de moyens aussi.

Passons les descriptions de vêtements et de meubles, j’étais très agréablement surpris de le voir en ouvrant ma porte…comme je l’avais imaginé, il s’était arrangé pour moi ce soir. Même s’il y avait une grande part d’arrière-pensées, ça me faisait extrêmement plaisir. Depuis que je le connais, c’était la première fois que je le voyais aussi habillé. Il avait repris des couleurs aussi, ça lui allait bien. Il est mignon tous les jours, mais ce soir encore plus. J’avais un grand sourire, assez aguicheur.

- Bonsoir. Tu es élégant, ce soir.

J’aime la scène qui se dessine. Il ne devait pas s’attendre à être complimenté. J’attendis qu’il croise mon regard avant de le laisser entrer, le gratifiant de mon beau sourire. Un vieux TOC ; c’est vraiment pour me rassurer, me donner un signal pour me dire que c’est bon, cette personne est apte à pénétrer chez moi. Il est encore peureux, mais ça va lui passer.

Je referme derrière lui, le laissant découvrir mon chez moi. Passons les « ça va ? Et toi, ça va ? », il était déjà assez nerveux pour en rajouter. Sans parler que ça ne faisait pas partie de nos habitudes…mais oublions nos échanges habituels, ça vaudrait mieux. Ça ne me dérangeait pas qu’il soit ici. Vous n’auriez pas tort de penser qu’il serait risqué d’amené un junkie dans le domicile d’un revendeur, et vous avez raison : ne vous inquiétez pas, je gère mon stock. Je sais gérer Tae Hoon. Je marche jusqu’au coin cuisine, où je commence à sortir deux verres. En levant les yeux sur lui, en toute amabilité.

- Tu veux boire quelque chose pour te détendre ?

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Ven 10 Mar - 10:51

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Il m’accueille avec un compliment, et ça me fait rougir. Je n’ai pas l’habitude, et surtout pas avec lui. Je l’ai toujours crains, je n’ai jamais prêté attention à ses petits gestes de bienveillance, trop occupé à retenir mon souffle au moindre de ses gestes.

Je l’observe un court instant avant qu’il ne me donne l’autorisation d’entrer. Lui aussi est magnifique ce soir … Entièrement vêtu de noir, cela redessine sa silhouette, tandis que son col ouvert sur son collier permet de remarquer sa clavicule plutôt saillante, ce que je trouve élégant. Bien sûr, il n’y est pour rien, il n’a pas décidé d’avoir son os aussi bien dessiné, mais quand bien même, je pense que c’est joli. Ses cheveux sont coiffés simplement, comme tous les jours, et ça lui va plutôt bien. Tout comme moi, il s’est apprêté, et ça me rassure un peu. J’avais peur de paraître ridicule …
Dans ma contemplation, je finis par croiser son regard, et par la même occasion, son sourire ravageur, qui une fois de plus me fait rougir. Il s’écarte pour me laisser entrer et referme la porte derrière moi. Je suis assez surpris par ce que je vois. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il soit le genre de personne à prendre soin de son appartement. Et surtout pas de cette façon. Je l’imaginais vivre dans un endroit très moderne, avec une décoration sobre, voir noire et blanche, avec des meubles lisses et brillants, effet plastique. Pourtant, c’est tout le contraire. Ses meubles sont en bois, certains plus clairs que d’autres, tandis que des bougies diffusent leur odeur délicate et pourtant particulière dans la pièce à peine plus grande que la mienne. Quoi qu’à bien y penser, cela correspond plutôt bien au pendentif qui pend à son cou, cet esprit « zen », « proche de la nature ». Je ne l’imaginais pas du tout comme ça … Et étrangement, cela me rassure de le voir ainsi. Cela lui donne un aspect délicat que je ne lui imaginais pas, et ça me met à l’aise.

Tandis que j’observe la pièce, il se déplace vers la cuisine, sortant deux verres de ses placards en me proposant à boire. Je prends dix secondes supplémentaires pour observer l’endroit, cet espace semblable à un cocon, puis me tourne vers lui, hésitant un peu.

« Je veux bien un verre d’alcool, s’il te plaît … »

Bravo, il va à présent me prendre pour un drogué ET un alcoolique. Pourtant ce n’est pas le cas. Je ne suis pas addict à l’alcool, j’en bois quand il y en a, quand le contexte s’y prête, mais depuis que je ne sors plus, je n’en consomme plus. Si je lui demande une boisson alcoolisée ce soir, c’est surtout pour me détendre, pour être moins à cran. Car même si la pièce est plongée dans une ambiance tout à fait zen, je ne lui suis pas du tout. L’angoisse que je ressentais en venant est toujours présente, terrée au creux de mon estomac.

J’accepte volontiers le verre qu’il me tend, trinquant avec lui pour me montrer poli, et en boit quelques gorgées après l’avoir remercié.
Je ne sais pas trop quoi dire, ni même quoi faire. Les formalités n’ont jamais été de sortie entre nous, et ce n’est pas maintenant que ce sera le cas, ce serait bien trop étrange. Oublions nos conversations habituelles, elles n’ont pas leur place ici. En fait, le silence qui règne entre nous n’est presque pas gênant. Pas dans cette situation. Une conversation ne ferait que m’angoisser, même si elle ne servirait qu’à meubler ce lourd silence, elle serait totalement fausse et absolument pas nécessaire. Alors je reste silencieux, finissant assez vite mon verre, les yeux rivés sur l’une des bougies dont la flamme danse librement au rythme d’une mélodie qu’elle seule connaît. Néanmoins, à force d’observer ce faible feu, mes yeux commencent à apercevoir quelques tâches de lumière, ce qui me force à détourner le regard, à le poser sur KyeongWoo. Plus je l’observe, et plus l’attente devient intenable, l’angoisse grandissant en moi. Alors, pour la première fois de ma vie, je décide de reprendre les choses en mains, me rapprochant de lui d’un air malgré tout très peu assuré, me servant de ce que j’ai pu voir dans l’un de ces films érotiques pour prendre les devants et poser ainsi poser mes lèvres sur les siennes, fermant les yeux. Il doit être aussi surpris que moi par cet élan de bravoure si je puis dire, mais après tout, il faut bien commencer quelque part. Si je n’agis pas maintenant je n’en aurais jamais le courage. Sans vraiment voir ce que je fais, je pose mon verre aux trois quarts vide sur le petit plan de travail, prenant garde à ne pas le renverser, et profite d’avoir les mains libres pour les poser sur ses hanches, mes doigts se resserrant instinctivement sur le tissu de sa chemise. Mon premier baiser. Je dois certainement mal m’y prendre, je dois paraître ridicule, mais au moins le contact est lancé. Entrouvrant timidement les lèvres, je le laisse à présent prendre les rênes, essayant de ne pas penser à la suite.

made by gizibae


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Dim 12 Mar - 23:55

Juste pour toi
ft Kang Tae Hoon




Trop mignon. Il était trop mignon à rougir à chaque attention de ma part. Malgré tout ce qu’on s’est fait et dit, je ne le laissais pas indifférent à mon charme –c’est une très bonne chose. En allant dans ma cuisine, j’y repensais à son regard timide ; je n’avais pas rêvé, son regard a vraiment guigné sur mon décolleté. Ça me réjouissait. Ça me faisait carrément oublier qu'il ne m'a même pas dit "merci", chose qui me fait péter un câble le manque de politesse, surtout de nos "victimes" comme lui. D’humeur gaie, je fis attention à garder une attitude calme pour ne pas l’effrayer, commençant d’abord par prendre deux verres, le regardant normalement. Je préférais lui demander, pour ne pas qu’il pense que je suis un connard sans cœur qui fait boire son partenaire pour bien profiter de lui –ne rajoutons pas de la négativité à l’image qu’il a de moi. Un verre d’alcool ? Très bien. Il a raison, l’alcool ça détend. J’aurai répondu pareil à sa place. Sans lui répondre, je me retournai pour voir ce que j’ai d’ouvert dans le frigo…en théorie, il me reste un peu de soju. Ah, loupé. Je n’ai que de la bière. Pas très « sexy » comme alcool. Voyons dans le placard à côté des verres. Bingo : du makgeolli non entamé. Parfait. Doux, laiteux…ça se prêtait très bien à ce qu’on va faire.

Je nous sers, et la range illico. Débarrassé. Nous trinquons normalement. Il me remercie. Je lui réponds « De rien. ». Tout se passait dans une profonde normalité. En face de lui, accoudé au meuble de ma cuisine, dans ce silence normal, je me disais que ce qui se passait était ironique. Un jour on se frappe, un autre on trinque.
Face à lui, je regardais vaguement sur le côté, pour ne pas l’intimider. Je ne savais pas quoi lui dire. Je ne comptais pas non plus sur lui pour la conversation, mais je comprenais qu’il ne veuille pas me parler. C’est vrai…j’étais la dernière personne au monde avec qui il a envie de faire sa première fois. Une nouvelle gorgée. Le verre encore à moitié plein –ou à moitié vide, pour les petits malins qui se croient drôles- j’étais très pensif, quand je le sentis se rapprocher de moi…le temps de lever les yeux sur lui, il était déjà très près de moi, trop tard pour savoir ce qu’il s’apprêtait de faire. M’embrasser. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il fasse le premier pas, je sentis que c’était un peu forcé quand même…mais s’il veut se montrer entreprenant grand bien lui fasse, je ne me ferai pas prier ! Je le lui rendis en douceur, passé la seconde de surprise. Progressivement, je lâchais mon verre, le laissant à sa place, prenant appui sur lui à mon tour, une main sur son buste, l’autre à sa taille, les yeux clos. Ce que je pense de ce baiser ? Vous pensez bien que je ne suis pas dupe, j’ai deviné à sa maladresse que c’était son premier baiser…c’était assez mou, dû à sa nervosité, mais par moments plus mécanique en voulant bien faire, parce qu’il essaye de reproduire les faux-baisers qu’on a tous vu au cinéma. Un parfait débutant. Mais ce n’est pas grave. Je m’appesantis sur ce baiser. Il me laissait une ouverture, mais je n’en eus cure. Je voulais qu’il prenne le temps d’apprécier, apprécier ce que je lui donne, et qu’il le reproduise sur moi…lui enseigner les bons gestes. J’attendis la prochaine occasion pour accéder à sa requête –quand il comprit ce que j’attendais de lui- approfondissant en peu de temps les choses.

Sans m’en rendre compte, en voulant me montrer doux, j’y mis beaucoup de passion. En prenant l’ascendant sur lui, j’y ai mis plus que je m’autorisai. Je ne sais pas trop ce qui m’a pris. C’est vrai que ça m’excitait beaucoup d’être sa première fois et de le marquer à vie, que je me donne toujours à fond dans mes rapports, mais je savais que c’était dangereux ce genre de plan…mais c’était Tae Hoon. Au bout d’un moment, je décidai de le rompre. Je l’avais senti en manque de souffle. Mais je ne m’arrêtai pas là. Je lui déposai un baiser sur ses lèvres, puis quelque uns sur sa joue, le temps que mes mains s’affaire sur sa chemise et en déboutonne les premiers boutons, sans aucune précipitation ; j’embrassai alors sa mâchoire, pour parvenir jusqu’à son cou, que je couvris de brefs baisers. Je pouvais sentir son odeur, son odeur corporelle…j’aime ces odeurs brutes, non cachées par un parfum de luxe. Pourquoi diable ça dégoûte autant de monde ? C’est super excitant. Je me sentis bander. Bien que mes bras entourèrent chaleureusement ses épaules, l’un deux commença à le caresser, sans brusquerie, au niveau des côtes, couvertes par sa chemise bordeaux. Le lobe de son oreille me faisait bien envie, mais quelque chose clochait.

C’est dur à expliquer, je ne le sentais pas autant transporté que moi. Pas autant que je le voudrais. Je sais qu’il est très anxieux ; je ne devais peut-être pas m’en occuper autant et continuer sans y faire attention, mais c’était très important pour moi qu’il en garde un bon souvenir de sa première fois, en tant que mâle. Moi j’étais prêt à sauter le cap, à le mettre nu devant moi, mais j’ai peur d’aller trop vite en besogne. J’ai l’impression qu’il me voit toujours comme le tyran qui le soumet. Aussi je cesse progressivement mes élans, me calmant pour le regarder, concupiscent, lui chuchotant.

- Ça va, jusque-là… ? Qu’est-ce tu en penses… ?

Je restais très près de son visage, mes yeux lorgnant sur sa lèvre inférieure si tentantes maintenant que j’y ai goûtée –je pouvais le faire en plus, à seulement quelques millimètres de distance. En tout cas c’est une première que je fasse une pause. Mes impressions me trompent rarement, mais je voulais quand même connaître son ressenti. Il découvre, c’est important de le savoir pour attiser sa curiosité sur la suite. Mais s’il est aussi frigide comme je l’ai senti…j’improviserai. J’espère au moins qu’il s’ouvre à moi dans ce domaine-là, qu’il n’essaye pas de mentir sur ces ressentis, ou de jouer un rôle…je le prendrai très mal. A titre personnel.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 13 Mar - 16:01

Quand cela prendra-t-il fin ?
ft Lee Kyeong Woo


Je me suis fais énormément de scénarios quant à cette soirée, mais certainement pas celui-ci. Je ne pensais absolument pas qu'il serait si doux envers moi, presque délicat. Il prend son temps, m'embrasse avec douceur, prenant juste assez le dessus pour me montrer le chemin, puis me laissant l'imiter. Ca en devient presque naturel. Nos langues s'emmêlent et se démêlent, jouant d'abord timidement, puis se lançant dans une danse que je pourrai qualifier de passionnée. Bien sur, c'est lui qui prend les rênes là dessus, et c'est justement ce qui me surprend. Je m'attendais à ce qu'il soit pressé de me déshabiller et de passer aux choses sérieuses, mais à la place, nous nous embrassons longuement, lui y mettant ce qui pourrait s'apparenter à de la passion, ce qui, une fois de plus, me fait rougir. J'en ai un peu honte, mais ce baiser est tout sauf désagréable ... Bizarre, inattendu, mais franchement plaisant. Tendu comme un arc, j'avoue que je le laisse mener la danse. Il doit croire que je ne réponds pas, que ça ne me plait pas, pourtant, une sensation de déception s'empare de moi lorsque nos lèvres se séparent. Foutu souffle trop court. Si je n'étais pas si angoissé à l'idée de ce qui va suivre, j'aurai sauté de nouveau sur ses lèvres pour en ressentir toujours plus.

Mes mains toujours agrippé à sa chemise remontent doucement dans son dos lorsqu'il dépose un dernier baiser sur mes lèvres avant de dévier sur ma joue. C'est bête, mais je trouve ça mignon. Encore une chose que je n'aurai pas imaginé : Kyeong Woo mignon. Je découvre tellement d'aspect différent de lui ce soir, je ne les aurais jamais soupçonnés, trop campé sur mes préjugés qui font de lui un dealer tyrannique et imprévisible. Moi qui déteste les clichés pour en avoir été victime, je me rends compte que je ne vaux pas mieux ...

Tandis qu'il embrasse ma joue et bientôt ma mâchoire, ses mains viennent défaire les boutons de ma chemise, me rendant confus : à la fois gêné et envieux qu'il continue ses baisers. J'ai fais des efforts pour reprendre un peu de poids, mais je reste tout de même maigre, et ses mots tournent en boucle dans mon esprit. Il n'aime pas les anorexiques, alors que va-t-il penser de moi ?

Il embrasse mon cou, me laissant découvrir cette nouvelle tentation tout à fait exquise, et par réflexe, je glisse une main sur sa nuque, l'autre restant dans son dos. Mais alors que je m'attends à ce qui se débarrasse de ma pseudo-étreinte pour pouvoir m'enlever ma chemise, il glisse ses bras autour de mes épaules, venant caresser mes côtes cachée sous le tissu bordeaux, mais bel et bien apparentes une fois dévêtu. Le combo de ses baisers et de ses caresses m'arrache un frisson, je manque de soupirer. Bien entendu, je ne perds pas de vue mon angoisse, j'y pense toujours, je n'arrive pas non plus à paraître moins crispé, et il semble le remarquer.

- Ça va, jusque-là… ? Qu’est-ce tu en penses… ?

C'est comme si la pression retombait tout à coup, juste avec ces quelques mots. Je réouvre doucement les yeux et le voit si proche de moi que nos lèvres se frôlent presque. Ca non plus, je ne m'y attendais pas. Il s'arrête pour me demander comment je me sens, alors que rien ne l'y oblige. Je ne sais pas si il est ainsi avec tous ses partenaires - Dieu sait qu'il doit en avoir quelques uns sur son tableau de chasse; il a beaucoup de charme - mais ça me touche particulièrement qu'il prenne le temps de me demander. Puisqu'il va me mettre à nu dans le sens premeir du terme, autant le faire de moi-même, quitte à user du figuré.

- J'avais vraiment peur en venant ... et c'est toujours le cas ... Mais je dois bien avouer que je ne m'attendais pas à ça ...

Fasciné de le voir si près de moi sans la moindre once de menace, je glisse la main qui trônait sur sa nuque contre sa joue, la caressant doucement, comme si il s'agissait de quelque chose de précieux. Ce qui, d'un sens, l'est. Aux yeux de la société, la première fois est quelque chose d'important, à ne pas faire à la légère, mais ce n'est pas pour cette raison que mes caresses sont si délicates. C'est un moment privilégié entre Kyeong Woo et moi, où nous oublions respectivement nos rôles. Il n'y a plus de drogué et de dealer, il n'y a plus que lui et moi, seulement, simplement. Bien sur que j'angoisse toujours de devoir coucher avec lui, l'acte m'effraie, mais ...

- C'est vraiment plaisant ... J'aime beaucoup ...

Et voilà que je rougis de nouveau. Mais cela me rassure tout de même de lui avoir confié mon angoisse, même sans avoir développé.
Ses lèvres si proches sont une telle tentation que je m'autorise à y poser les miennes, fermant de nouveau les paupières, illustrant ainsi les propos que je viens de lui tenir.
Autant son comportement me surprend, mais le mien ne doit pas le laisser de marbre également, je m'étonne moi-même ce soir. Pourtant c'est plus fort que moi ... Je n'ai jamais vraiment recherché l'affection de quiconque. Même celle que m'offrait mes parents. Je m'en tenais un peu à l'écart. Pourtant, qu'est ce que c'est bon d'être si proche de quelqu'un, de sentir sa chaleur nous envahir, ses étreintes, ses baisers ... Je n'en ai pas l'habitude, pourtant je me sens capable de m'y accoutumé très vite, d'autant plus si il continue à se montrer si doux envers moi ...

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Ven 7 Avr - 20:13

Faisons monter la température
ft Tae Hoon




Il me confie qu’il craignait cette soirée, qu’il a eu toutefois une bonne surprise, mais il redoutait quand même la suite. Je fermais lentement les yeux, ses caresses sur ma joue étaient très agréables…ça me rassurait de savoir qu’il aime ce qui était en train de se passer. Quand je le sentis m’embrasser, je le lui rendis ; j’ai dû le tenter, à me laisser aller à ses caresses. Ça me rassurait de voir que mes craintes étaient infondées. Malgré la soi-disant angoisse qu’il avait, je le sentais très intéressé. Ça me plaisait.

J’ai donc continué. J’ai brièvement acquiescé puis j’ai continué nos baisers, toujours collé à lui, à glisser quelques caresses ici et là sur son corps. Bon, je pense qu’il n’avait pas gagné grand-chose en masse, mais le sentir transporté presque autant que moi m’excitait beaucoup. Mon membre s’était durci depuis un moment, mais je pouvais encore me retenir. Entre deux baisers, j’ai déboutonné entièrement ma chemise –d’excitation-  parce que ce n’est pas lui qui osera le faire, pas la première fois ; je lui ai ensuite pris la main, et l’ai porté sur mon torse, la passant là où j’aimais qu’elle soit avant de reprendre ses lèvres. Lui montrer qu’il pouvait lui aussi me toucher, et quelques endroits où j’aimais le plus –en l’occurrence près des clavicules, et le pourtour des pectoraux- me soutirant d’agréables frissons.

Vous voulez savoir comment je suis physiquement, hein les coquins ? Pour moi j’ai le corps le plus parfait du monde, c’est dur de vous faire une description objective. Sans mauvaise foi, je dirais que je suis mince, avec une petite musculature, développée grâce à mon sport préféré, vous savez, le combat de rue. Je ne suis pas (encore) le gars le plus musclé de l’école, une crevette comparé à un Green Lion, mais comparé aux intellos de Golden House comme Tae Hoon je suis Mac Tyson. Je suis donc l’entre-deux parfait, mon corps est parfait, je sais qu’il lui plaira comme à tout le monde. Ah, et niveau carnation ? Roh mais je regarde tellement pas ces détails sur les autres…ni blanc ivoire ni hâlé, je suis assez pâle, tirant sur le doré toute l’année. Oui, toute l’année. J’ai des petits secrets à garder même à ce niveau-là, si vous voyez ce que j’veux dire –si non, j’en reparlerai plus tard.

Parenthèse fermée, reparlons de nous. Je l’ai laissé me découvrir un instant avant de lui prendre les mains, et l’attirer en douceur vers le lit. Le hasard a fait que je tombe en premier sur le lit, lui sur moi. Ce n’est pas grave. Je reprendrai le dessus quand je le voudrais. Un bras autour de sa taille, je tire sur sa chemise pour la sortir du pantalon et pouvoir le toucher, sa peau, son dos, nous embrassant encore longuement. Il me laissa le déshabiller, enfin juste la chemise. Je pus le regarder comme il est, et je peux dire qu’il n’était pas si mal. Il avait la peau sur les os, mais sans être squelettique. Je n’avais pas fait attention, mais il était très pâle, d’un blanc nacré, lumineux, qui allait bien avec son profil. J’aime. En levant lentement les yeux sur lui, je le trouvai d’un coup très gêné. Oh Tae Hoon, c’est trop tard pour avoir honte. Je me redressai sur mes coudes pour lui embrasser le creux du ventre, lentement, une main posée sur ses reins. Je déposai d’autres baisers, comme s’il s’agissait de ses lèvres, le long de ses abdominaux –minuscules, j’en conviens.

En même temps, je détachais sa ceinture et son pantalon sans empressement, essayant de détourner son attention pour éviter qu’il flippe juste à ça. Face à lui, en sous-vêtement, mes mains caressèrent son postérieur dans un mouvement…enfin très sexuelle, très explicite, vous voyez. C’était trop tentant. Je le trouvais trop mignon, avec son corps frêle, ses formes peu prononcées, ça appelait au vice. Mais ce n’était pas la meilleure idée que j’ai eue, ça excite ceux qui ont de l’expérience ; Tae Hoon, lui, pouvait prendre peur ou réaliser le caractère monétaire. Il fallait que je garde en tête qu’il n’était pas un homosexuel à part entière. J’veux dire, okay il aime nos caresses, mais c’était peut-être par jeu, par goût de nouvelles découvertes…rien ne dit qu’il sera tout autant attiré par mon membre.

La suite, j’allai plus vite. Des deux mains, je baissai son sous-vêtement, voulant absolument la voir. Je me sentis d’un coup très serré dans mon pantalon…vous ne pouvez pas savoir l’effet que ça me faisait. Bien que je sois très dominant dans mes rapports, je ne saurais expliquer pourquoi, mais j’ai toujours eu ce fantasme –ou besoin ?- de la fellation. Déjà rien que les voir me met en transe, en plus la sienne…non , je vous ferai le détail dans un instant. Juste avant de le faire, je lui ai jeté un regard des plus lubriques, comme un pacte tacite entre nous pour pouvoir assouvir cette profonde envie de l’avoir dans ma bouche, ce que je fis en fermant les yeux. Quelle bonne surprise...qu’elle ne soit ni une illusion d’optique, ni un produit de mon imagination. Elle était vraiment de cette taille…j’aime. Tae Hoon me surprenait. C’est méchant à dire, mais en le voyant, lui le maigrichon, se faire marcher dessus par tout le monde au bahut, on s’attend à un très petit calibre…mais ce n’était pas du tout le cas. Elle n’était pas non plus hors-normes, mais elle était de taille très satisfaisante, je vous le garantis. A mon grand plaisir. Sans aucune gêne, ni honte, j’entamais de profonds mouvements, de plus en plus énergiques, laissant s’échapper volontairement un petit gémissement de ma part, pour lui montrer que ça me plaisait. La position n’était peut-être pas la plus géniale, mais je m’en fichais ; s’il y avait besoin, Tae Hoon bougera de lui-même, et je le suivrai. C’était peut-être dur à comprendre, mais j’étais trop content qu’il en ait une si grosse…même si Tae Hoon devait beaucoup se sous-estimer sur elle, j’en étais sûr. Faiblard comme il est, il devait être le genre de garçon à toujours faire ses besoins la porte fermée, pour ne pas souffrir de comparaison. Il y en a qui ont raison de le faire, mais Tae Hoon n’en avait pas du tout besoin.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Dim 9 Avr - 23:00

Il fait chaud tout à coup
ft Lee Kyeong Woo


Nos baisers reprennent de plus bel. Nos langues s'emmêlent et se démêlent avec un naturel déconcertant. Je n'aurai jamais cru que j'aimerai autant cela. Pourtant, je ne vais pas tarder à découvrir des sensations bien plus exquises encore. Comme celle de toucher sa peau aussi douce que de la soie. Je ne l'ai pas vu déboutonner sa chemise, je l'ai seulement senti le faire contre moi avant qu'il ne prenne ma main pour la guider sur son torse finement musclé. Je ne le vois pas, mais je le sens. Ses muscles se dessinent sous mes doigts, au fur et à mesure que je le caresse. Je le laisse d'abord me guider sur sa clavicule qui m'a fait louché en début de soirée et que je trouve tout autant sexy à présent, puis sur ses pectoraux. Je sens son coeur battre à travers sa peau, le sang pulsant avec force dans ses veines tandis que je le caresse un peu timidement, puis plus franchement. Mais alors que mes doigts passent et s'attardent sur ses boutons de chaire que je sens durcir à mon passage, il saisit mes deux mains pour m'entraîner vers ce que je devine être le lit, ayant gardé les yeux clos tout ce temps, transporté par l'échange. Je ne les réouvre qu'en le sentant tomber et m'entraîner avec lui, pour constater que je suis juste au dessus de lui. J'évite de justesse de m'écraser sur lui en tendant un bras devant moi, m'appuyant sur le matelas tandis que nos regards se croisent un court instant, juste le temps qu'il faut à nos lèvres pour se retrouver. C'est si bon, j'en veux encore. J'en veux plus. Et je l'obtiens rapidement.

C'est à son tour de passer ses mains sous ma chemise, de parcourir mon dos tout comme ma main libre parcourt encore son torse, jouant timidement sur ses zones érogènes. Bien entendu je suis gêné. Je le touche, je le laisse me découvrir, mais cela me gêne terriblement. J'ai toujours peur de son regard perçant, de ce qu'il pourrait penser. Et si je m’y prenais mal ? Et si j'étais trop maigre ? Trop écœurant à regarder ? Je ne devrais pas penser à cela, pas maintenant, mais c'est plus fort que moi. Je transpire le manque d'assurance par tous les pores, d'autant plus lorsqu'il retire entièrement ma chemise. Jusqu'à présent, mon corps hideux était caché par le tissu, même si ce n'était que partiellement, mais maintenant, je suis totalement à découvert, et je me sens nu. Je ne suis plus à l'abris de son regard, et encore moins de son jugement, je n'ai plus rien derrière quoi me cacher. Et parlons-en, de son regard. Alors que j'essayais de le fuir plus que tout, je le croise, et ce que j'y vois me surprend. Aucun jugement, aucun dégoût, seulement de la convoitise qu'il exprime bien vite en se redressant et en embrassant mon ventre. Encore une nouvelle sensation qui ne me laisse pas de marbre ; c'est comme si des centaines de papillons prenaient leur envole dans mon estomac, mais tout de même rien de comparable avec ce qui va suivre ... Sa bouche sur mon ventre est déjà quelque chose qui m'intimide en soit -et ne parlons pas de sa façon de retirer mon jean-, mais ses mains sur mes fesses, ses caresses langoureuses ... tout ça ne me met pas du tout à l'aise. Ce n'est pas désagréable, mais ça m'effraie un peu. Je sais qu'il finira par faire tout autre chose de mon postérieur, et j'avoue que ça m'inquiète, car j'appréhende tant l'acte que la douleur.

Mais une fois de plus, il ne me laisse pas le temps de protester. Le voilà qu’il retire tout à coup mon dernier vêtement, sans même me demander ni prendre son temps. Je geins sous la surprise, je ne pensais pas que ça irait si vite … Je ne sais pas à quoi je m’attendais, après tout ce moment aurait fini par arriver tôt ou tard. Mais j’aurai préféré plus tard. Pourquoi ? Je n’en sais rien, seulement juste pour retarder l’échéance …
Mes joues s’empourprent instantanément, d’autant plus lorsqu’il se met à fixer mon érection naissante. J’ai honte, arrête, ne regarde pas ça … Non, ne relève pas les yeux vers moi, c’est encore pire. Je peux y déceler tant de luxure que ça me met mal à l’aise. Mais ça m’excite .
Ses yeux se ferment lentement tandis qu’il me prend dans sa bouche, et je ne peux m’empêcher de continuer à l’observer. Je me sens terrible de penser cela, mais cette vue est des plus excitante. Kyeong Woo, cet homme que j’ai toujours crains, ce garçon beau à en faire pâlir les plus belles statues grecques, entrain de s’activer sur mon membre … Je me sens durcir à l’intérieur de sa cavité chaude et humide, la sensation est exquise, divine, mais follement gênante. Il m’arrache tant de soupirs, tant de gémissements, je n’ai pas le temps de parler. Je ne peux pas le supplier d’arrêter, je n’ai que la force dé gémir son prénom, sans pouvoir aller plus loin dans ma phrase.
Instinctivement, ma main droite se glisse dans ses cheveux, les agrippant légèrement tandis que mon bras gauche me soutient, m’empêchant de m’étaler de tout mon long sur lui. Il ne me faut pourtant pas longtemps pour être parcouru de spams. Oh non, je connais cette sensation, quand le corps se crispe dans un ultime effort.

« Aah … Kyong Woo je .. Je viens … » Allez savoir pourquoi, mais je me sens extrêmement honteux à cette idée. Je tire légèrement sur ses cheveux, je ne veux pas jouir dans sa bouche, pas alors que je rêve de l’embrasser encore et encore. Pourtant, c’est malgré moi que je le fais, un gémissement particulièrement osé m’échappant. Ses mouvements profonds et rapides auront eu raison de moi. Aussitôt je me redresse et me recule, me retrouvant ainsi assis à une extrémité du lit, le visage plus rouge que jamais. Nerveusement, j’attrape la première chose qui me passe sous la main, à savoir ma chemise, et m’en sers pour cacher mon anatomie qui, quelques secondes plus tôt, se trouvait encore au creux de ses joues.

« Je suis désolé … ! Je voulais pas faire ça, je ..j’ai perdu le contrôle, c’était trop bon .. ! »

Décidément, j’enchaîne les gaffes. Ni une, ni deux, je plaque une main contre mes lèvres, regrettant immédiatement mes paroles. Et voilà, comment tout gâcher en quelques secondes seulement … Comme d’habitude, mon regard fuit le sien, je ne sais plus où me mettre. J’ai tellement peur de l’avoir offensé … Je ne voulais pas gâcher ce moment, même si j'ai peur, c'était bien parti ... En dépit de ma gêne, j'éprouvais beaucoup de plaisir, et à en juger par le regard lubrique et ses baisers, j'ai cru comprendre que lui aussi. Mais en sera-t-il de même après cela ? J'appréhende sa réaction, incapable de le regarder de nouveau dans les yeux.

made by gizibae


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
avatar
Localisation : En mauvaise compagnie.
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 10 Avr - 17:05

Trop c'est trop
ft Tae Hoon



Ah, elle était délicieuse. Je passais un super moment. Ça lui plaisait en plus, oh oui que ça lui plaisait…l’entendre gémir mon prénom, bon sang c’était ma faiblesse ça. Sans le savoir en plus. Il m’excitait au plus haut point. Je l’ai même laissé mettre sa main dans mes cheveux, je ne la trouvais pas du tout dégradante…oui, parce qu’habituellement, je ne supporte pas qu’ils posent leur putain de main sur ma tête, pendant l’affaire. Ils appuient toujours dessus comme des dingues, pour l’enfoncer toujours plus profondément, quitte à m’étouffer avec...mais cette fellation, elle était très différente de toutes celles que j’ai faites, en tout. Je m’en souviendrai, j’en étais sûr.

J’avais envie de me toucher, quand il me prévint. Ouah, pour arriver si vite, c’est qu’il était bien frustré, le p’tit. Je me savais bon, mais je savais surtout que c’est parce qu’elles étaient bien pleines. Je poussai un gémissement plus aigu, excité comme jamais à l’idée de le faire jouir, dans ma bouche…son dernier gémissement sonnait divinement à mes oreilles, recevant délicieusement le goût de sa semence. Et là, autre problème : qu’est-ce que j’en fais ? Je l’avale ou je la crache ? J’aurais aimé ne pas me le demander, mais c’est inévitable quand ça ne vient pas d’un étalon. Est-ce que j’ingère sa médiocrité ou est-ce je m’en débarrasse avant qu’elle me contamine ?

De ce problème cornélien, Tae Hoon m’aida très efficacement : me la retirant très rapidement de la bouche, l’urgence de la dignité et de la propreté de mes draps me contraint à la première option. Je l’ai donc avalé, avec un magnifique bruit de gorge –je vous l’ai dit, ils les avaient bien pleines. Je passai une main sur mes lèvres, il y en avait un peu dessus. Mais je me sentais bien. Comme après chaque fellation. Je me sens super zen, reposé, de très très bonne humeur, légèrement sur la lune…sauf que lui avait envie de tout gâcher. Il s’était ratatiné de l’autre côté du lit, à se cacher avec sa chemise ; je le regardai sans trop comprendre son délire au début, puis…puis j’eus cette envie monstrueuse de le tuer. Littéralement.

Mon regard s’était fait très dur, et très haineux à ses jérémiades. Franchement, vous ressentiriez la même chose que moi. Je l’ai fait jouir comme il n’en a jamais eu dans sa vie gaiement, et ne voilà-t-il pas qu’il essaye de me faire culpabiliser, comme si je venais de faire la chose la plus affreuse du monde…il a bien fait de s’empêcher de parler. Avec beaucoup d’amertume, presque comme mes provocations :

- T’aurais préféré que je te prenne à sec sans attendre ? Hein ? C’est ça… ?! Surtout ne me réponds pas !! J’ai du mal à me contenir. C’était tellement bien parti, tellement bon…je me sentais frustré et blessé. Je me rapproche de lui, pour être très près, et lui arrache sa chemise de ses mains, n’en ayant rien à faire de sa pudeur à deux balles. Elle n’était rien comparée à ce que j’ai fait. Regarde-moi quand j’te cause. J’en ai rien à foutre de ça, je le voulais : je voulais que tu viennes, je voulais l’avaler, je l’ai fait…maintenant tu penses ce que tu veux de moi, mais t’as pas intérêt à le raconter autour de toi pour te venger. C’est clair… ?!

Les points sur les « i », j’attendais une réponse cohérente. Bon, je crois que c’était un peu mort pour ce soir, après l’avoir engueulé et menacé, il n’avait certainement plus envie de moi…croyez-moi, je me sentais blessé. Même si j’assume ce que je suis, j’ai conscience que ce que j’ai fait est très connoté, mais qu’il pense que j’ai fait une pratique de soumis…c’était humiliant. Ce sentiment d’avoir été utilisé, qu’on a utilisé votre plaisir, et qu’on vous le jette à la figure. D’un côté, c’est aussi de ma faute…c’était le résultat de des mois d’intimidation. Mais pourtant je le sentais tellement bien au début de soirée, nous n’étions pas du tout dans un contexte de confrontation…

Je me lève. Sa chemise toujours dans ma main, je pars vers la table, la posant dessus. J’étais frustré, profondément énervé mais ça, j’avais besoin de l’alcool. Mon érection était toujours là, un peu moins intense du coup. Mais je mets quand même à l’aise : je déboutonne ma ceinture et mon pantalon. Je me ressers. En buvant, je repense à son érection, sa semence dans ma bouche, que j’ai…oh non. D’un coup, je me sens submergé d’un immense sentiment de honte. Moi, le caïd du bahut, qui a sucé goulûment un avorton du top 3...ça me donnait envie de pleurer. Ça me dégoûtait. Je porte la main à mes yeux, comme pour m’en cacher, alors je suis de dos à lui…non, je n’arriverai pas à le terminer, ce verre. D’une voix anormalement basse, qui a du mal à se faire dure…qui est juste brisée :

- Sors de chez moi…

Je me sens tellement mal d’un coup…en tout cas bravo, s’il comptait se venger de tout ce que je lui ai fait un jour, il avait réussi. Il avait réussi à me dégoûter de moi-même. Moi, mes goûts, mes pulsions bizarres…putain.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 23
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon Lun 10 Avr - 20:48

La douche froide
ft Lee Kyeong Woo


J’ai bien raison de regretter. Le regard qu’il me lance est tout aussi brûlant que quelques minutes avant, mais il ne brûle plus de désir, non, il brûle de colère. J’aurai dû être capable de me retenir, de ne pas me laisser aller entre ses délicieuses lèvres, j’aurai dû …

« T’aurais préféré que je te prenne à sec sans attendre ? Hein ? C’est ça… ?! Surtout ne me réponds pas !! »


Je cesse de penser ; et même de bouger. Ma respiration se coupe tandis que je fixe le sol, incapable de relever les yeux vers lui, trop apeuré par ce que je pourrai y voir. Le lit s’affaisse tout près de moi, son poids fait bouger le matelas, il se rapproche, il est tout près. Je me ratatine, je cherche à m’enfoncer dans le matelas, à ne faire plus qu’un avec le mobilier tant je souhaite me cacher. Disparaître. Tout à coup ma chemise m’est enlevée, me voilà de nouveau nu et encore plus honteux.

« Regarde-moi quand j’te cause. J’en ai rien à foutre de ça, je le voulais : je voulais que tu viennes, je voulais l’avaler, je l’ai fait…maintenant tu penses ce que tu veux de moi, mais t’as pas intérêt à le raconter autour de toi pour te venger. C’est clair… ?! »


Qu’on arrête tout, je ne suis pas sûr de comprendre. « Je le voulais ». Si j’ai réagi comme ça, c’est que j’étais persuadé qu’il me tuerait si jamais j’osais jouir entre ses lèvres. Est-il réellement entrain de me dire qu’il m’en veut d’avoir cru ça ? Qu’il a apprécié ce laisser-aller de ma part ? Je peine à y croire. Pourtant, vu la façon dont il se lève et s’éloigne du lit, il faut croire que c’est bien ça.

Lorsque je relève enfin les yeux vers lui, il est dos à moi et se sert un verre d’alcool. Une ambiance étrange plane dans la pièce, à dix mille lieux de celle installée une minute plus tôt. Il n’y a plus de passion, plus d’envie, juste de l’électricité. J’ose à peine bouger, je crains que l’air ne m’électrise.
Je ne comprends pas sa réaction. Comment peut-il croire que je souhaite me venger de lui … ? Et puis à qui irais-je raconter ça ? Sérieusement, moi, me venger ? C’est plus grosse blague de la planète. Je ne suis absolument pas du genre à me venger, cette pensée n’a même jamais effleuré mon esprit.

Je ramène mes genoux contre mon torse, regrettant plus que tout cette réaction des plus spontanées et irréfléchies. Tout se passait si bien, c’était tellement bon … Ses baisers, ses caresses, cette fellation … Même si tout cela me gênait au plus haut point, je suis forcé d’avouer que j’aimais. Non, j’adorais ça … C’était à la fois dérangeant et excitant. Je pense d’ailleurs que la seule chose qui m’a empêché de profiter pleinement n’est autre que mon appréhension, sinon, tout se serait certainement parfaitement déroulé.

« Sors de chez moi … »

Je relève la tête. Sa voix à changer. Elle n’est ni douce et prévenante comme elle a pu l’être ce soir, ni dure et sévère comme elle est d’habitude. Elle est juste … brisée ?
Les dix premières secondes, je lui obéis. Je me relève et cherche mon boxer que j’enfile rapidement, avant que mon regard ne se pose de nouveau sur le brun à peine plus loin. Il semble tellement déçu … Et c’est de ma faute. Je ne voulais pas que ça se déroule ainsi. Le TaeHoon d’il y a une heure serait soulagé de pouvoir partir sans avoir à coucher avec lui, mais le TaeHoon actuel, celui qui a découvert sa douceur et son côté prévenant ne peut tout simplement pas tourner les talons et s’en aller.

Alors je m’approche de lui, n’étant couvert que de mon sous-vêtement, la main tendue vers son épaule, prête à la toucher, mais qui se ravise au dernier moment. Je ne sais pas comment il va réagir. Il pourrait être en colère et vouloir me pousser, ou même me frapper. Kyeong Woo .. Il a l’air si mal, si … si honteux. Je ne vois pas son expression, pourtant, je ressens parfaitement son aura. Sans doute qu’à force d’éprouver ce sentiment je finis par le reconnaître …
Je n’ai pas le droit de partir comme ça, sans demander mon reste. Je dois au moins m’excuser, parce que cette fois, tout est vraiment de ma faute. Alors, en dépit de la réaction qu’il pourrait avoir, je fais un dernier pas vers lui, passant mes bras autour de son ventre tandis que mon front se pose contre sa nuque. Mon torse touche son dos, je sens sa peau brûlante sous la mienne.

« Kyeong Woo … Je crois qu’on s’est mal compris … Je pensais que tu le prendrais mal que je … enfin tu vois … que je fasse ça dans ta bouche … Je pensais que tu te mettrais en colère et que tu m’en voudrais … Je vois pas pourquoi j’irai raconter ça, ni même pourquoi je voudrai me venger … J’ai  .. j’ai vraiment adoré … »

Sans geste brusque, je me fraye un chemin entre lui et la table, mes mains passant alors dans le creux de son dos. Je me laisse doucement tomber à genoux devant lui, posant mes lèvres sur son ventre que j’embrasse timidement, puis un peu plus franchement, juste au dessus de son érection.

« J’ai eu honte, parce que tu es parfait et que je suis juste … moi. Mais je voulais vraiment pas te mettre en colère, au contraire … Je te demande pardon. Tu as été tellement doux avec moi ce soir, j’ai vraiment tout aimé … Pardonne moi d’être timide et maladroit … S’il te plaît Kyeong Woo … »

C’est à mon tour de lui retirer ses vêtements, de faire glisser son jean et son caleçon sur ses cuisses. C’est à mon tour de prendre son membre gonflé en bouche tandis que mes mains descendent sur ses cuisses. C’est à mon tour de lui faire plaisir, même si cela me gêne, même si j’ai peur de mal m’y prendre. Pour le comportement qu’il a eu ce soir avec moi, je lui dois bien ça, je dois me faire pardonner, car il n’a cessé de me démontrer que je n’avais rien à craindre de lui, que tout irait bien, que c’était agréable et doux. Alors je dois réussir à mettre ma peur de côté et à profiter du moment en essayant de lui faire plaisir à mon tour, en espérant que cela efface mon précédent écart … Ce soir quelque chose de particulier s'est créé entre nous, j'ai découvert des aspects de sa personnalité que je n'aurai jamais imaginé, et je veux continuer sur cette lancée, car le Kyeong Woo que j'ai rencontré ce soir me rassure. Avec sa douceur, avec ses étreintes, sa façon de me guider et de me faire sentir un peu moins pitoyable, j'aime cet aspect de Kyeong Woo, et j'ai peur de le laisser filer à jamais si je n'essaie pas de me rattraper. Il est tellement loin du dealer autoritaire que je connais, il est tellement mieux. Avec tous les efforts qu'il a fait envers moi, c'est enfin à moi de faire un pas vers lui.

made by gizibae

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://toocoolforschool.forumactif.org/t126-kang-tae-hoon-the-sh
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: + 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon

Revenir en haut Aller en bas
 

+ 16 || Ce n'est pas encore fini. FT Tae Hoon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

 :: Campus :: Ville universitaire :: Chambres U-